ACTUALITÉS
Retour à la liste

Bilan 1er Trimestre 2019 marché crédit immobilier

Cette configuration exceptionnelle des taux s’est accompagnée d’une augmentation des durées des crédits accordés et d’une diminution des taux d’apport personnel exigés, dessinant maintenant un paysage jamais observé par le passé.


Amélioration des conditions de crédit en 2019


Depuis plus d’une année, les taux des crédits immobiliers sont encore et se maintiennent au plus bas. En mars, L'Observatoire Crédit Logement/ CSA a constaté un taux moyen à 1,39%, toutes durées confondues. Mi-avril, la première tendance s'établissait à 1,36%.


C'est pratiquement du jamais vu quand on sait que cette configuration exceptionnelle des taux s'est accompagnée d'une augmentation des durées des crédit accordés et d'une diminution des taux d'apport personnel exigés, dessinant maintenant un paysage jamais observé par le passé : l'accès aux crédits immobiliers n'a jamais été rendu aussi facile par les établissements bancaires.


Le contexte des taux bas est de mise sur l'ensemble des marchés financiers, soutenus par la politique monétaire accommodante de la Banque central européenne (BCE). Parallèlement, la compétition est rude entre les établissements financiers pour conquérir de nouveaux clients par le biais d'un prêt immobilier attractif. 


 


Taux sous l'inflation depuis 10 mois 


Les taux d'intérêt réels sont négatif depuis juin 2018, confirmant une situation inédite depuis 1974.  Cette situation est rendue possible par une concurrence toujours vive entre les établissements et surtout par les conditions de financement et de refinancement de la production.


 



  


Les emprunts se font sur de longues durées


Au 1er trimestre 2019, la durée des prêts accordés était de 229 mois en moyenne. 


Les durées des prêts bancaires se sont donc accrues de 13 mois en 2018 et de 3 mois depuis le début de l’année 2019. Jamais les durées des prêts bancaires classiques n’avaient été aussi élevées.


 Cet allongement rendu possible par les banques permet aux emprunteurs de solvabiliser leurs opérations et de réaliser leurs projets d'achat immobilier malgré la progression importante des prix.Les Français ont besoin d'emprunter sur des durées plus longues (229 mois en moyenne). Ils ont en général moins d'apport personnel. 


Ce qui est intéressant, c'est de constater que les durées les plus longues bénéficient de baisse de taux plus importantes. Par exemple, aujourd'hui sur 20 ans, on peut emprunter à 1,32% (contre 1,46% en mars 2018). Sur 25 ans, on peut emprunter à 1,55% (contre 1,73% en mars 2018). 


 


 


 


Pour les prêts à l’accession seul, c'est ceux qui financent l'achat de la résidence principale, la production s'est ainsi déformée vers les prêts les plus longs.


En mars 2019, 41.9% des prêts à l'accession se font sur 25 ans.


 



 


 Les taux d'apport personnel des emprunteurs 


Les conditions d’octroi des crédits se sont considérablement assouplies : avec des taux d’apport qui n’ont jamais été aussi bas depuis 1978, l’accès aux crédits immobiliers n’ayant jamais été rendu aussi facile par les établissements bancaires.


L'apport moyen est de l'ordre de 14% mais il y a aussi des opérations immobilières qui se font sans apport et sur de longues durées.


Cette baisse extrêmement rapide et importante est un des facteurs clés de la solvabilisation des ménages. Ainsi, les établissement bancaires ont bien accompagné toutes les clientèles y compris les plus modestes.


Actuellement, les ménages sont pragmatiques et veulent profiter des conditions d'emprunt favorables.


D'autant que certaines autorités financières ont marqué quelques inquiétudes sur cet assouplissement important des conditions d'octroi des prêts, on devrait donc constater une certaine régulation en 2019


 



 


Activité des marchés 


La production de crédit reste très soutenue au 1er trimestre 2019, notamment par rapport au 1er trimestre 2018 qui était un point bas. 


Ainsi, l'activité mesurée en niveau annuel glissant* se redresse nettement, contredisant la tendance baissière du marché observée jusqu'en décembre dernier. Avec au premier trimestre 2019 :



  • + 12.2 % pour la production dopée par la forte augmentation du niveau du prêt moyen (contre - 4.5 %, il y a un an à la même époque)

  • + 4.4 % pour le nombre de prêts bancaires accordés (contre - 9.6 % il y a un an). 


 


* on compare la période d’avril 2018 à mars 2019 par rapport celle d’avril 2017 à mars 2018


 Quelles perspectives en 2019 ? 


Même si le pronostic est difficile, la tendance la plus probable est une légère remontée des taux, et s'ils remontent ce sera très légèrement au plus à 1,50 voir 1,60% en moyenne, toutes durées confondues.


Rappel périmètre des données de l’Observatoire


Les données de l’Observatoire s’entendent hors rachat de prêts, hors renégociations et hors prêts relais.


Les études trimestrielles se basent sur environ 100 000 opérations immobilières, soit 120 000 prêts.


Cela représente 45% de l'activité des marchés immobiliers et 20 Milliards de production de crédits chaque trimestre, soit plus de 50%¨de l'ensemble de la production de crédits immobiliers.


ETUDE COMPLETE sur lobservatoirecreditlogement.fr


Extraits vidéos de la conférence du 16 AVRIL 2019 

Découvrez
nos banques partenaires

Plus de 200 banques peuvent vous proposer la garantie Crédit Logement pour votre prêt immobilier

LISTE DES BANQUES PARTENAIRES