ACTUALITÉS
Retour à la liste

Les taux des crédits immobiliers reculent toujours

actualités

Cette situation peut être expliquée par 3 facteurs qui sont :



  • Les taux qui restent faibles, 1.35% en avril et qui pour le dixième mois consécutif ont un taux d'intérêt négatif. 

  • Durée longue en moyenne pour les crédit accordés

  • Baisse de l'exigence en terme d'apport personnel demandé


 


Baisse des taux quasi-historique, surtout pour le 4eme groupe


Les taux en avril 2019 atteignent en moyenne 1,35 % alors que leur record minimum historique date de novembre 2016 et ce situe a 1,33%. 


Michel Mouillart, interviewé par Capital en dit : "En avril, on contracte un crédit immobilier en moyenne à 1,35%, toutes durées confondues. Un chiffre qui est à comparer à celui constaté au précédent record de novembre 2016. On était alors à 1,33%. Sauf qu’à cette époque, l’inflation s’élevait à 0,2%, alors qu’elle est environ d’1,8% aujourd’hui. Pour le dixième mois consécutif, les particuliers empruntent donc à des taux d’intérêts négatifs. C’est du jamais vu. Dans le détail, et sur l'ensemble du premier trimestre 2019, les taux sur 15 ans se sont élevés en moyenne à 1,15%, 1,32% sur 20 ans et 1,55% sur 25 ans."


 


De plus, la baisse des taux est plus forte pour les membres du 4eme groupe, c'est-à-dire des ménages avec des revenus moindres. Cela permet donc à ces ménages de réaliser leurs projets immobiliers et notamment en primo-accession pour les jeunes. Cependant c'est loin d'être le seul facteur de ce changement.



 


 


Crédits longs, mais durée qui n'augmente plus


Les durées pour le mois d'avril se portent à 227 mois soit en stagnation par rapport au premier trimestre, mais cela reste sur des crédits en moyenne d'un peu moins de 19 ans .


Les explications de Michel Mouillart : "Entre le quatrième trimestre 2017 et le premier trimestre 2019, la durée moyenne d'emprunt est passée de 213 mois (moins de 18 ans, ndlr) à 229 mois (plus de 19 ans, ndlr). C’est-à-dire que chaque mois qui s’écoule, la durée moyenne augmente elle aussi d’un mois. Il s’agit d’une excellente nouvelle car cela permet aux ménages modestes, et notamment les jeunes - qui ne pouvaient jusque là emprunter qu’avec un taux zéro - d’accéder à la propriété sans être pénalisés."


 



 


Baisse de l'exigence en terme d'apport personnel demandé


Dans le même temps, le niveau de l'apport personnel baisse toujours rapidement (- 10.1 % pour le premier quadrimestre, en glissement annuel). En effet, les taux d'apport personnel des emprunteurs diminuent toujours, descendant à des niveaux jamais observés par le passé.


Michel Mouillart dit à propos des taux d'apport personnel : "Car avoir des taux bas ne suffit pas pour l’emprunteur. Il faut, en parallèle, que les politiques de prêts des établissements bancaires soient suffisamment conciliantes. Un exemple pour comprendre : dans les années 1980, on demandait au ménage d’amasser 30% d’apport personnel lors de l’achat d’un bien. Au premier trimestre 2019, ce chiffre est tombé à 14,7% dans l’ancien. La diminution est spectaculaire, surtout lorsqu’on sait qu’en début d’année 2017, le taux d’apport moyen grimpait à 20,7%. Ce recul de 6 points est l’élément central qui permet à des ménages modestes sans apport personnel d’entrer sans difficulté sur le marché."


 


La configuration exceptionnelle des taux s’accompagne d’une durées plus longues des crédits accordés et d’une baisse de l’exigence pour le niveau de l’apport personnel qui dessinent maintenant un paysage jamais observé par le passé : l’accès aux crédits immobiliers n’a jamais été rendu aussi facile par les établissements bancaires. Au total, l’amélioration des conditions de crédit qui en a résulté a permis d’atténuer la détérioration de la solvabilité des ménages affectés par la hausse des prix de l’immobilier et par la dégradation des soutiens publics.


Article basé sur la publication mensuelle de L'Observatoire Crédit Logement CSA ainsi que sur l'interview de Michel Mouillart sur Capital.


 


 


Rappel périmètre des données de l’Observatoire


Les données de l’Observatoire s’entendent hors rachat de prêts, hors renégociations et hors prêts relais.
Les études trimestrielles se basent sur environ 100 000 opérations immobilières, soit 120 000 prêts. 


ETUDE COMPLETE SUR LOBSERVATOIRECREDITLOGEMENT.FR


 

Découvrez
nos banques partenaires

Plus de 200 banques peuvent vous proposer la garantie Crédit Logement pour votre prêt immobilier

LISTE DES BANQUES PARTENAIRES