> [Accueil] > Observatoire Crédit Logement/CSA
Changer la taille du texteChanger la taille du texteChanger la taille du texte Imprimer
Les analyses réalisées par l'Observatoire Crédit Logement CSA s'appuient sur des volumes significatifs et représentatifs :
+ de 16 000 opérations en moyenne.
Les analyses de l'Observatoire excluent les rachats de créances, les prêts relais et les prêts mixtes, c'est à dire les financements nouveaux incluant une part de rachat.
Contact Observatoire
Suivre l’Observatoire @CreditLogement
Observatoire Crédit Logement/CSA
À L'ACTU
La baisse historique des taux de crédits immobiliers se poursuit

Au 3ème trimestre : des taux toujours en baisse et des durées maintenant plus longues ...

En accession : un recours accru au crédit et des taux d’apport personnel en recul sensible, des revenus qui stagnent, des coûts d’opération en hausse dans le neuf …

La baisse des taux des crédits immobiliers se poursuit. En octobre 2014, les taux sont descendus à 2.52 %.

Depuis le début de l’année 2014, les taux ont perdu 49 points de base : à elle seule, cette baisse aura fait plus pour soutenir la conjoncture et redynamiser les marchés privés que tous les dispositifs publics actuels d’incitation et d’aide. La baisse s’est accélérée en septembre (avec un taux moyen à 2.59 %), sur un marché qui comme chaque année se redynamise après sa pause estivale : et jamais depuis la fin des années 40 les taux des crédits immobiliers n’étaient descendus aussi bas. La baisse est d’ampleur comparable sur tous les marchés.

Enfin, la baisse des taux a largement soutenu le pouvoir d’achat des emprunteurs immobiliers, neuf et ancien confondus. Elle est équivalente pour ces ménages à une augmentation de revenus de 5 % du fait de la baisse des taux intervenue depuis le début de l’année 2012 (de 2 % depuis le début de l’année 2014).

Le bouleversement du marché s’était jusqu’alors accompagné du repli de la part des accédants modestes.Le mouvement s’est amorcé dans l’ancien dès 2012 (disparition du PTZ+), puis s’est poursuivi dans le neuf en 2013. Les accédants les plus aisés avaient pleinement bénéficié de ce bouleversement du marché. La structure des flux de l’accession selon le niveau de revenu du ménage se stabilise maintenant : avec le retour (progressif) de ménages plus modestes qui peuvent pour cela compter sur l’amélioration des conditions de crédit (baisse des taux et allongement des durées) qui leur sont faites.

DERNIERS INDICATEURS
3ème trimestre 2014
3ème trimestre
Taux Durée Activité
Taux moyen Durée moyenne des prêts Production en montant
2.65 % 17.4 ans(209 mois) - 4.5%en rythme annuel (en année glissante)
Accession dans l´ancien 2.66 % Accession dans le neuf 2.68 % Coût relatif moyen 3.77années de revenus Production en nombre de prêts - 6.3%en rythme annuel (en année glissante)
Afficher les indicateurs
2ème trimestre

  

ACTIVITE DU MARCHE DES CREDITS IMMMOBILIERS A PARTICULIERS

 

Au cours du 1er trimestre 2014, la production a fléchi comme cela est habituel durant les mois d’hiver. Elle s’est ressaisie avec le début du printemps pour retomber en mai (jours fériés). Elle s’est redressée en juin et la reprise s’est poursuivie en juillet. Après un mois d’août traditionnellement creux, l’activité s’est relevée en septembre et se situe à un meilleur niveau qu’en 2013 à la même époque.

La reprise s’est pourtant émoussée depuis le début de l’année, en dépit de conditions de crédit exceptionnelles et la production recule d’ailleurs pour s’établir à - 4.5 % à fin septembre sur un an (en année glissante).

Il en est de même du nombre de prêts bancaires accordés, avec - 6.3 % sur un an (en année glissante).

 

 

Taux des prêts
% des prêts
< 3.5
97.5
3.5 à 4
2.4
4 à 4.5
0.1
4.5 à 5
0.0
5 et +
0.0
 
Durée des prêts
% des prêts
< 15
19.2
15-20 ans
30.9
20-25 ans
32.3
25 à 30 ans
16.9
30 ans et +
0.7

 

 

 

 

  

 

 
97.5 % des prêts ont un taux inférieur à 3.5% au 3ème trimestre
TAUX
 

 

Au 3ème trimestre 2014, les taux des prêts du secteur concurrentiel se sont établis à 2,65% en moyenne

  • 2,68% pour l’accession dans le neuf
  • 2,66% pour l’accession dans l’ancien.

 

Depuis le début de l’année 2014, les taux ont perdu 49 points de base.

La baisse s’est accélérée en septembre avec un taux moyen à 2,59%.


La baisse est d’ampleur comparable sur tous les marchés :
Marché de l’ancien : 2.58 % en septembre contre 3.08 % en décembre 2013
Marché du neuf : 2.61 % en septembre contre 3.08 % en décembre 2013
Marché des travaux : 2.60 % en septembre contre 3.12 % en décembre 2013

La part de la production réalisée à un taux inférieur à 3,5% s’établit à 98,1% en septembre 2014 (97.5% sur le 3ème trimestre) , alors que celle réalisée à un taux supérieur à 4% disparaît totalement.

 

 
En 2014, baisse de 60 points de base des taux de prêts à 20 ans

 

Les taux pratiqués dépendent fortement de la durée pratiquée. Par exemple :
2,43% pour une durée de 15 ans à taux fixe (en moyenne)
3,07% pour une durée de 25 ans à taux fixe (en moyenne)

Et selon le niveau de l’apport personnel de l’emprunteur (le taux d’apport personnel) et la qualité de la signature (les capacités de remboursement du ménage), les taux pratiqués peuvent descendre plus bas.

Le quart inférieur des taux se situe en moyenne à 2,41% pour un prêt à 20 ans en taux fixe et 1,78% en taux variable.

La baisse des taux constatée depuis le début de l’année 2014 a été de :
• 60 points pour les formules à taux fixe et à taux variable, sur les durées de 15 et 20 ans
• 60 points pour les formules à taux fixe sur les durées de 25 ans et de plus de 70 points sur les taux variables

   

 

 
 


DURÉE

 

La durée des prêts accordés était de 209 mois en moyenne
235 mois pour l’accession dans le neuf
222 mois pour l’accession dans l’ancien).

 

Depuis le printemps 2014, la durée des prêts s’est allongée de plus de 4 mois.

 

Ce sont les jeunes ménages qui bénéficient de cette évolution. Le mouvement de dégradation des flux de la primo accession des ménages jeunes ou modestes qui s’observait depuis l’automne 2011 paraît enrayé.

 

 
 

 
Lente reprise de la primo accession
COÛT RELATIF DES OPÉRATIONS PAR EMPRUNT
 

Depuis le début de l’année 2014, la hausse du coût des opérations s’est accélérée : à fin septembre + 1.4% sur un an, en année glissante).

Le coût relatif reste donc élevé à 3,77 années de revenus au 3ème trimestre, dans un contexte de faible progression des revenus des ménages qui réalisent ces opérations (+ 0,8% sur un an, en glissement annuel, après +0,3% en 2013).

Dans le même temps, le niveau de l’apport personnel s’est de nouveau dégradé, mais moins fortement qu’en 2013 (à fin septembre – 1,4% sur un an en année glissante, après - 5,5% en 2013).

Cette évolution est remarquable, alors que dans le même temps on observe une lente reprise de la primo accession et un retour (encore timide) des ménages à revenus modestes.

 

  

INDICATEUR DE SOLVABILITÉ DE LA DEMANDE RÉALISÉE

 

L’indicateur de solvabilité de la demande amorce une lente remontée, bénéficiant pleinement de l’amélioration des conditions de crédit.

La remontée du coût des opérations et les évolutions des revenus des ménages affectent peu la solvabilité de la demande.

  

 

Graphique evolution taux des prêts immobiliers Observatoire Crédit Logement

Graphique evolution durée des prêts immobiliers Observatoire Crédit Logement 




Crédit logement
Paroles de clients
Notre Offre
Simulateurs
Notre société
Banques partenaires
Crédits | Mentions légales | Plan du site | Envoyer à un ami



GLOSSAIRE

Rythme annuel mesuré en année glissante
Exemple : + 3% en août 2013
on compare la période qui va de septembre 2012 à août 2013 compris, à la période qui va de septembre 2011 à août 2012 compris

Rythme annuel mesuré en glissement trimestriel
Exemple = 2ème trimestre 2013 (T2-2013)
On compare le 2ème trimestre 2013 (T2-2013) au 2ème trimestre 2012 (T2-2012)

Rythme annuel mesuré en glissement semestriel

Exemple : S-2013
On compare le 1er semestre 2013 (S1-2013) au 1er semestre 2012 (S1-2012)

Taux annuel glissant
Exemple = si l'on se situe au 2ème trimestre 2013 (T2 2013)
On compare les 4 trimestres de la période écoulée, c'est à dire :

T2-2013+ T1-2013 + T4-2012 + T3-2012  aux 4 trimestres précédents :
T2-2012 + T1-2012 + T4-2011+ T3-2011
Parties prenantes
 
L'Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels est né de la synergie entre
Les analyses réalisées par l'Observatoire Crédit Logement / CSA - Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels - s'appuient sur des volumes significatifs et représentatifs :
+ de 16 000 opérations en moyenne par mois.
 
Les données alimentant l'Observatoire Crédit Logement sont redressées à partir des données publiées par l'Institut CSA dans le cadre de l'OFL.
Périmètre de données

 
Pour constituer les analyses de l'Observatoire, Crédit Logement exclut de ces opérations :

les rachats de créances,
les prêts relais
et les prêts mixtes, c'est à dire les financements nouveaux incluant une part de rachat.