> [Accueil] > Observatoire Crédit Logement/CSA
Changer la taille du texteChanger la taille du texteChanger la taille du texte Imprimer
Les analyses réalisées par l'Observatoire Crédit Logement CSA s'appuient sur des volumes significatifs et représentatifs :
+ de 16 000 opérations en moyenne.
Les analyses de l'Observatoire excluent les rachats de créances, les prêts relais et les prêts mixtes, c'est à dire les financements nouveaux incluant une part de rachat.
Contact presse
Suivre l’Observatoire @CreditLogement
Observatoire Crédit Logement/CSA
À L'ACTU
Baisse des taux de même ampleur sur tous les marchés

En juillet 2014, les taux des prêts du secteur concurrentiel se sont établis à 2.70%, en moyenne

Depuis le début de l’année 2014, les taux ont perdu 38 points de base.

Jamais, depuis la fin des années 40, les taux de crédit n’étaient descendus aussi bas, pendant aussi longtemps.

La baisse est, en outre, à peu près de même ampleur sur tous les marchés.

Le mouvement de reprise de l'activité de crédit s’est poursuivi en juillet. Mais compte tenu des incertitudes qui paralysent la demande, l’activité n’a pas retrouvé la vigueur qui était la sienne en 2013, à la même époque.

La reprise s’est donc émoussée depuis le début de l’année, en recul de 0.9 % à fin juillet sur un an (en année glissante).

DERNIERS INDICATEURS
Juillet 2014
Juillet 2014
Taux Durée Activité
Taux moyen Durée moyenne
des prêts
Production en montant
2.70 % 17 ans (204 mois) - 0.9 % en rythme annuel
(en année glissante)
Accession dans l´ancien 2.70 % Accession dans le neuf 2.67 % Coût relatif moyen 3.82 années de revenus Production en nombre
de prêts
- 3.1 % en rythme annuel
(en année glissante)
Afficher les indicateurs
Juin 2014

   

ACTIVITÉ DU MARCHÉ DES CRÉDITS IMMMOBILIERS AUX PARTICULIERS

 
Au cours du 1er trimestre 2014, la production a fléchi, comme cela est habituel durant les mois d’hiver. Elle s’est alors ressaisie au début du printemps, pour retomber en mai : la fréquence des jours fériés et des ponts n’étant guère propice à une bonne tenue de l’activité.

Celle-ci s’est alors redressée en juin et le mouvement de reprise s’est poursuivi en juillet. Pour autant, compte tenu des incertitudes qui paralysent la demande (inquiétudes sur le pouvoir d’achat, dégradation du marché du travail, impact de la mise en œuvre de la loi ALUR, …), l’activité n’a pas retrouvé la vigueur qui était la sienne en 2013, à la même époque. 

La reprise s’est donc émoussée depuis le début de l’année, en dépit de conditions de crédit exceptionnelles : la production recule d’ailleurs doucement, avec - 0.9 % à fin juillet sur un an (en année glissante).

Il en est de même du nombre de prêts bancaires accordés : - 3.1 % sur un an (en année glissante).

 1 Comparaison de la période d'août 2013 à juillet 2014 par rapport à août 2012 à juillet 2013

 

Taux des prêts
% des prêts
< 3.5
96.6
3.5 à 4
3.2
4 à 4.5
0.2
4.5 à 5
0.0
5 et +
0.0
 
Durée des prêts
% des prêts
< 15
20.5
15-20 ans
30.9
20-25 ans
32.5
25 à 30 ans
15.6
30 ans et +
0.5

 

 

 

 

  

 

 
baisse de la même ampleur sur tous les marchés
TAUX
 

 

En juillet 2014, les taux des prêts du secteur concurrentiel se sont établis à 2.70%, en moyenne

  • 2.67% pour l’accession dans le neuf et
  • 2.70% pour l’accession dans l’ancien. 

 
Depuis le début de l’année 2014, les taux ont perdu 38 points de base.
 
Jamais, depuis la fin des années 40, les taux de crédit n’étaient descendus aussi bas, pendant aussi longtemps.
 
La baisse est, en outre, à peu près de même ampleur sur tous les marchés :

 

  • sur le marché du neuf avec 2.67% en juillet contre 3.08% en décembre 2013
  • sur le marché de l’ancien avec 2.69% en juillet contre 3.08% en décembre 2013
  • sur le marché des travaux avec 2,73% en juillet contre 3,12% en décembre 2013.
     

 

DURÉE

 

En juillet 2014, la durée moyenne des prêts accordés s’est établie à 204 mois.

Dans l’ensemble, alors que la primo accession des ménages jeunes ou modestes est toujours en panne, la durée moyenne se maintient depuis plus d’un an à un niveau plus bas qu’auparavant, de l’ordre de 8 mois par comparaison avec la situation qui prévalait en 2011, lorsque la primo accession était particulièrement dynamique.

  

COÛT RELATIF DES OPÉRATIONS PAR EMPRUNT
 

La hausse du coût des opérations s’est accélérée en 2014, à fin juillet + 1,4% sur un an en année glissante.
 
Le coût relatif reste donc élevé à 3.82 années de revenus en juillet, dans un contexte de stagnation des revenus des ménages. 

  

 
L’indicateur de solvabilité de la demande réussit à se maintenir
INDICATEUR DE SOLVABILITÉ DE LA DEMANDE RÉALISÉE

Dans le même temps, le niveau de l’apport s’est redressé ( à fin juillet +2.5% sur un an en année glissante, après -5.5% en 2013), dans un contexte de panne de la primo-accession et de renforcement des difficultés d’accès à la propriété des ménages modestes.
 
L’indicateur de solvabilité de la demande réussit ainsi à se maintenir, bénéficiant de fait de l’amélioration des conditions des crédits. La remontée du coût des opérations et les évolutions des revenus des ménages affectent peu la solvabilité de la demande
 

 courbe évolution des taux de prêts immobilierscourbe évolution des durées de prêts immobiliers 




Crédit logement
Paroles de clients
Notre Offre
Simulateurs
Notre société
Banques partenaires
Crédits | Mentions légales | Plan du site | Envoyer à un ami



GLOSSAIRE

Rythme annuel mesuré en année glissante
Exemple : + 3% en août 2013
on compare la période qui va de septembre 2012 à août 2013 compris, à la période qui va de septembre 2011 à août 2012 compris

Rythme annuel mesuré en glissement trimestriel
Exemple = 2ème trimestre 2013 (T2-2013)
On compare le 2ème trimestre 2013 (T2-2013) au 2ème trimestre 2012 (T2-2012)

Rythme annuel mesuré en glissement semestriel

Exemple : S-2013
On compare le 1er semestre 2013 (S1-2013) au 1er semestre 2012 (S1-2012)

Taux annuel glissant
Exemple = si l'on se situe au 2ème trimestre 2013 (T2 2013)
On compare les 4 trimestres de la période écoulée, c'est à dire :

T2-2013+ T1-2013 + T4-2012 + T3-2012  aux 4 trimestres précédents :
T2-2012 + T1-2012 + T4-2011+ T3-2011
Parties prenantes
 
L'Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels est né de la synergie entre
Les analyses réalisées par l'Observatoire Crédit Logement / CSA - Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels - s'appuient sur des volumes significatifs et représentatifs :
+ de 16 000 opérations en moyenne par mois.
 
Les données alimentant l'Observatoire Crédit Logement sont redressées à partir des données publiées par l'Institut CSA dans le cadre de l'OFL.
Périmètre de données

 
Pour constituer les analyses de l'Observatoire, Crédit Logement exclut de ces opérations :

les rachats de créances,
les prêts relais
et les prêts mixtes, c'est à dire les financements nouveaux incluant une part de rachat.