> [Accueil] > Observatoire Crédit Logement/CSA
Changer la taille du texteChanger la taille du texteChanger la taille du texte Imprimer
Les analyses réalisées par l'Observatoire Crédit Logement CSA s'appuient sur des volumes significatifs et représentatifs :
+ de 16 000 opérations en moyenne.
Les analyses de l'Observatoire excluent les rachats de créances, les prêts relais et les prêts mixtes, c'est à dire les financements nouveaux incluant une part de rachat.
Contact Observatoire
Suivre l’Observatoire @CreditLogement
Observatoire Crédit Logement/CSA
À L'ACTU
Depuis le début de l'année, les taux ont perdu 49 points de base
 
 
A elle seule, cette baisse aura fait plus pour soutenir la conjoncture et redynamiser les marchés privés que tous les dispositifs publics actuels d’incitation et d’aide.

La baisse s’est d’ailleurs accélérée en septembre avec un taux moyen à 2.59%, sur un marché qui comme chaque année se redynamise après sa pause estivale.
 
La baisse est d’ampleur comparable sur le marché de l’ancien (2.56 % en septembre) et sur le marché des travaux (2.63 % en septembre).

En revanche, les taux ont un peu moins reculé en septembre sur le marché du neuf (à 2.65 %, contre 2.69 % en août).
DERNIERS INDICATEURS
Septembre 2014
Septembre 2014
Taux Durée Activité
Taux moyen Durée moyenne
des prêts
Production en montant
2.59 % 17.3 ans (208 mois) - 4.4 % en rythme annuel
(en année glissante)
Accession dans l´ancien 2.57 % Accession dans le neuf 2.69 % Coût relatif moyen 3.75 années de revenus Production en nombre
de prêts
- 6.5 % en rythme annuel
(en année glissante)
Afficher les indicateurs
Août 2014

   

ACTIVITÉ DU MARCHÉ DES CRÉDITS IMMMOBILIERS AUX PARTICULIERS

 

Après un mois d’août qui est traditionnellement un mois creux, l’activité s’est relevée en septembre grâce aux conditions de crédit actuelles. Elle s’est établie à un niveau meilleur qu’en 2013 à la même époque, bien que la demande reste inquiète (atonie du pouvoir d’achat, dégradation du marché du travail, …).  

 

La reprise s’est pourtant émoussée depuis le début de l’année 2014 et la production recule de 4.4 % à fin septembre, sur un an (année glissante 1).

 

Il en est de même du nombre de prêts bancaires accordés : - 6.5 % sur un an (année glissante).

 1 Comparaison de la période d'octobre 2013 à septembre 2014 par rapport à octobre 2012 à septembre 2013

 

Taux des prêts
% des prêts
< 3.5
98.2
3.5 à 4
1.6
4 à 4.5
0.1
4.5 à 5
0.0
5 et +
0.0
 
Durée des prêts
% des prêts
< 15
19.4
15-20 ans
28.5
20-25 ans
33.0
25 à 30 ans
18.4
30 ans et +
0.7

 

 

 

 

  

 

 
Baisse des taux moindre sur le marché du neuf
TAUX
 

 

En septembre 2014, les taux des prêts du secteur concurrentiel se sont établis à 2.59 %, en moyenne

 

  • 2.69 % pour l’accession dans le neuf
  • 2.57 % pour l’accession dans l’ancien.

 

Depuis le début de l’année 2014, les taux ont perdu 49 points de base. La baisse s’est accélérée en septembre sur un marché, qui comme chaque année, se redynamise après la pause estivale.

 


La baisse est d’ampleur comparable sur :
• marché de l’ancien : 2.56% en septembre contre 3.08 % en décembre 2013
• marché des travaux : 2.63% en septembre contre 3.12 % en décembre 2013
 
En revanche, les taux ont un peu moins reculé en septembre sur le marché du neuf : 2.65 %, contre 2.69 % en août et 3.08 % en décembre 2013).

 

 

DURÉE

En septembre 2014, la durée moyenne des prêts accordés s’est établie à 208 mois en moyenne (230 mois pour l’accession dans le neuf et 222 mois pour l’accession dans l’ancien).

  

COÛT RELATIF DES OPÉRATIONS PAR EMPRUNT
 

La hausse du coût des opérations s’est un peu accélérée depuis le début de l’année 2014 : à fin septembre, + 0.9 % sur un an, en année glissante.

Le coût relatif reste donc élevé à 3.75 années de revenus en septembre, dans un contexte de faible progression des revenus des ménages.

  

 
INDICATEUR DE SOLVABILITÉ DE LA DEMANDE RÉALISÉE

 

Dans le même temps, le niveau de l’apport personnel progresse doucement à fin septembre, + 0.3 % sur un an, en année glissante, après - 5.5 % en 2013.

L’indicateur de solvabilité de la demande réussit poursuit donc sa lente progression, bénéficiant de l’amélioration des conditions des crédits.

La remontée du coût des opérations et les évolutions des revenus des ménages affectent peu la solvabilité de la demande.

 

 courbe évolution des taux de prêts immobilierscourbe évolution des durées de prêts immobiliers 




Crédit logement
Paroles de clients
Notre Offre
Simulateurs
Notre société
Banques partenaires
Crédits | Mentions légales | Plan du site | Envoyer à un ami



GLOSSAIRE

Rythme annuel mesuré en année glissante
Exemple : + 3% en août 2013
on compare la période qui va de septembre 2012 à août 2013 compris, à la période qui va de septembre 2011 à août 2012 compris

Rythme annuel mesuré en glissement trimestriel
Exemple = 2ème trimestre 2013 (T2-2013)
On compare le 2ème trimestre 2013 (T2-2013) au 2ème trimestre 2012 (T2-2012)

Rythme annuel mesuré en glissement semestriel

Exemple : S-2013
On compare le 1er semestre 2013 (S1-2013) au 1er semestre 2012 (S1-2012)

Taux annuel glissant
Exemple = si l'on se situe au 2ème trimestre 2013 (T2 2013)
On compare les 4 trimestres de la période écoulée, c'est à dire :

T2-2013+ T1-2013 + T4-2012 + T3-2012  aux 4 trimestres précédents :
T2-2012 + T1-2012 + T4-2011+ T3-2011
Parties prenantes
 
L'Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels est né de la synergie entre
Les analyses réalisées par l'Observatoire Crédit Logement / CSA - Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels - s'appuient sur des volumes significatifs et représentatifs :
+ de 16 000 opérations en moyenne par mois.
 
Les données alimentant l'Observatoire Crédit Logement sont redressées à partir des données publiées par l'Institut CSA dans le cadre de l'OFL.
Périmètre de données

 
Pour constituer les analyses de l'Observatoire, Crédit Logement exclut de ces opérations :

les rachats de créances,
les prêts relais
et les prêts mixtes, c'est à dire les financements nouveaux incluant une part de rachat.