ACTUALITÉS
Retour à la liste

Les chiffres phares du crédit immobilier


  • Taux


1.19% en moyenne sur le 3ème trimestre, 1.18% sur le mois de septembre après 1.17% en août, les taux de prêt immobilier semblent se stabiliser à très bas niveau.

En septembre, près de la moitié des emprunteurs ont obtenu un taux inférieur à 1%.

Pour les prêts de durée exacte 15 ans, 20 ans ou 25 ans, ils s'échelonnent en fonction des groupes d'emprunteurs entre 0.68% et 1.58%.

 


 



  • Durées


C'est la fin de l'allongement des durées qui semblent avoir atteint un palier haut et sont restées stables depuis le printemps dernier.
Á 216 mois en septembre, la moyenne mensuelle a reculé de 3 mois par rapport à août.

Pour le marché de l'accession, c'est-à-dire les prêts consacrés à l'achat de la résidence principale, on voit maintenant que la part des prêts les plus longs est  en recul. En septembre, la part des prêts à 25 ans et plus représente 38.8% de la production alors qu'elle était montée à 40.9% au 2ème trimestre.

Rappelons que cet allongement des durées, associée aux taux bas et à la diminution de l'apport personnel exigé ont permis de faciliter l'accès au crédit immobilier. Sans cet assouplissement des conditions d'octroi réalisé par les banques, un grand nombre de primo accédants n'auraient pu réaliser leur projet immobilier, compte tenu de l'augmentation importante des prix et de la réduction des aides publiques pour l'accession à la propriété.


 


 



  • Marché du neuf


Le coût des opérations dans le neuf progresse toujours rapidement, trouvant son origine plutôt  dans l'augmentation du prix des appartements que de celui des maisons et suite à un déplacement du marché vers les zones les plus chères.

Sur ce marché, le niveau de l'apport personnel baisse encore, traduisant une nouvelle progression des  primo accédants de moins de 35 ans. Cependant la diminution est bien moins forte qu'auparavant.

La production de crédits reste soutenue, certains emprunteurs anticipant la réalisation de leur projet avant la fin du PTZ dans les zones C et B2.



  • Marché de l'ancien


C'est dans l'ancien que le niveau de l'apport personnel avait été le plus rapide, deux fois plus que dans le neuf. Cela a permis un formidable accroissement de la part des primo accédants de moins de 35 ans sur ce marché depuis 2015.

Aujourd'hui le marché commence à se transformer  et on constate que le niveau de revenus des emprunteurs augmente plus vite, plus vite que dans le neuf et plus vite qu'en 2018. 

La remontée du taux de l'apport personnel est aussi un signe, mais qui n'a pas cependant encore affecté le dynamisme de la production de crédits dans l'ancien : +19,5% pour le nombre de prêts dans l'ancien en septembre (rythme trimestriel glissant).

 



  • Capacité à acheter des ménages (appartements anciens dans 34 villes)


Compte tenu des hausses de prix de l'immobilier que l'on a pu constater, la capacité à acheter s'est réduite quand on considère les 10 plus grandes villes. Cette capacité commence à se rétablir à Bordeaux, ville la plus touchée sur les quatre dernières années.



 


ETUDE COMPLETE SUR LOBSERVATOIRECREDITLOGEMENT.FR


EXTRAITS VIDÉOS DE LA CONFÉRENCE DU 15 octobre 2019 


 

Découvrez
nos banques partenaires

Plus de 200 banques peuvent vous proposer la garantie Crédit Logement pour votre prêt immobilier

LISTE DES BANQUES PARTENAIRES